[Covid-19] Augmentation des incidents de paiement : Les premiers chiffres

Finance
retard de paiement

Face à la période de totale incertitude qui se présente devant elles, la préoccupation vitale des  entreprises, c’est la trésorerie.

Dès lors, par précaution, le premier réflexe est de ne plus respecter les délais de paiement afin de constituer des réserves.

 

Les pouvoirs publics et les entreprises, elles-mêmes premières victimes, craignaient une accentuation de cette pratique. Après l’alerte lancée par le comité de crise établi par Bercy, nos premiers chiffres confirment ce phénomène.

 

kwote analyse le comportement de paiement des entreprises débitrices. Il est ainsi possible de créer une vision communautaire de ces informations. Les utilisateurs de kwote peuvent avoir la réponse à la question suivante : comment mes clients règlent leurs autres fournisseurs ?

Une augmentation de 47,68 % du montant total des factures affichant plus de 30 jours de retard de paiement

Dans la période actuelle, force est de constater que les indicateurs au sein de la communauté des utilisateurs de kwote se dégradent fortement. Entre le 15 mars et le 15 avril, le montant total des factures affichant un retard de paiement supérieur à 30 jours a bondit de 47,68 %.  Ceci n’est pas dû à une augmentation des encours qui eux restent stables. C’est bien le nombre d’entreprises débitrices en retard de paiement qui augmente : + 31,37 % sur la même période.

 

Des délais moyens de paiement qui augmentent significativement en seulement quelques semaines

 

Cette volonté de préserver le « cash » se traduit naturellement dans le délai moyen de paiement. Toujours sur cette même période d’analyse, celui-ci augmente en moyenne de 5 jours. Cette augmentation pouvant dépasser les 20 jours dans certains cas.

 

Cette crise économique apparaît sans précédent tant dans sa forme que dans son amplitude. Comme pour la crise sanitaire, il s’agit désormais de savoir à quel moment nous atteindrons le « pic » ou le « plateau ».

Durant cette période, que personne ne peut déterminer avec précision à ce jour, les entreprises devront « tenir » : sans trésorerie, point de salut.